Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

À travers la Saxe

Arsène LEGRELLE

Une délicieuse plongée dans l'Allemagne profonde, paisible et silencieuse, du XIXème siècle.

Des villes aux forêts, des universités aux foires commerciales, Legrelle, germaniste et germanophile, nous entraîne à la découverte d'une région encore peu connue, alors qu'en elle a battu un cœur intellectuel et artistique qui a longtemps nourri l'Europe.

« Sur ces idylliques paysages plane pourtant l'ombre martiale de la Prusse, une ombre portée qui devait atteindre douloureusement l'Europe seulement quelques décennies plus tard. »

De semblables doctrines peuvent mener loin, et Paris lui-même n’y échapperait pas. C’est sérieusement que je parle. La plupart des arguments dont on s’est servi pour faire entrer le Schleswig dans la foule des nationalités au service, bien involontaire, de l’Allemagne, s’appliqueraient fort justement à Paris, car enfin Charlemagne a gouverné l’Île de France, et notre capitale renferme une colonie allemande, évaluée à cinquante mille âmes, qui a eu plusieurs années son journal et son théâtre, qui a encore partout des Turnverein et des Trinkhallen, et où l’on ne compte pas moins de vingt-six Müller et de trente-sept Schneider.

Faut-il ajouter que non seulement nos principaux tailleurs, mais encore nos rois de la finance portent des noms en er ou en heim, et que les idées germaniques font irruption de tous côtés dans le peu de littérature sérieuse que nous avons ? Non, en vérité, il n’y a rien à répondre à une argumentation aussi claire. C’est l’Allemagne qui nous habille, qui met son argent dans nos poches, qui nous instruit et nous amuse. Le jour où il lui conviendra de réclamer aussi Paris, nous n’aurons qu’à nous incliner devant son auguste volonté, trop heureux d’être admis à servir d’humbles instruments à sa mission divine. À moins toutefois que d’ici là le populus late rex des temps modernes ne reconnaisse enfin tout ce qu’il y a de puéril, d’enfantin même dans des doctrines qui, si elles pouvaient être prises au sérieux, deviendraient une injure permanente pour la juste susceptibilité de ses voisins.

Que les compatriotes de M. Gervinus et de Hegel le sachent bien ! L’Europe ne deviendra jamais la proie d’un peuple, et la seule conséquence pratique du prétendu droit de la race germanique à germaniser tout ce qu’elle touche serait à l’avenir de la faire chasser en temps opportun de chez tous ceux qui veulent bien lui donner asile.

Arsène Legrelle

21 juin 1834, Elbeuf-sur-Seine
† 11 octobre 1899, Versailles

Avocat au barreau de Rouen, docteur ès Lettres de la faculté de Paris, docteur en philosophie de l’université d’Iéna – entre autres reconnaissances – cet érudit et éternel chercheur, outre qu’il collabora à plusieurs journaux et revues, laissa une œuvre variée et de nombreuses traductions.

I. Le Jubilé d’Iéna

II. La forêt de Thuringe

III. Les fêtes de Schiller

IV. Weimar en hiver

V. Un musée de journaux

VI. La foire de Leipzig

VII. Une université allemande

VIII. Huit jours à Dresde

IX. La Suisse saxonne

X. De Dresde à Magdebourg

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “À travers la Saxe”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook