Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

Quitter tout cela !

Neel DOFF

Dans sa maison de campagne, l’auteur, déjà âgée, savoure la nature, son jardin, ses chiens, la vie…

Les descriptions brèves et précises de petites scènes quotidiennes, de petits détails en « nature morte », laissent au lecteur toute latitude de faire appel à ses propres souvenirs, à sa propre sensibilité ; en nous brossant le tableau objectif des êtres et des objets qui l’entourent, Neel Doff nous fait entrer de plain-pied dans notre monde intérieur.

« Si la Puisaye était en Belgique et si la chatte était une chienne, Neel Doff aurait pu s’appeler Colette. »

   

 1,39

Maintenant, Loulotte, bien qu’il pleuve et vente rudement, nous allons faire un tour de pinières. De bons caoutchoucs aux pieds, un waterprouf, un parapluie et nous voilà dehors. Je traverse d’abord la prairie pour être bien rincée du vent en plein visage, puis j’entre dans les pinières. Exquis ! Le vent est tamisé, et la pluie plus douce. Loulotte se met à courir sous un groupe d’arbres, le nez rasant le sol ; puis elle regarde en l’air, à la recherche de l’écureuil.

Je m’appuie contre un arbre, long, mince, pour regarder aussi, et voilà que par le vent l’arbre oscille, et imprime à mon corps son oscillation, et la tête levée vers les cimes qui toutes se balançaient lentement ; je me sens une émotion dans la gorge, un vertige dans les yeux et un exquis anéantissement, léger comme un rien de mal de mer qui me fait chavirer avec le bois et me croire en mer. J’en avais d’autant plus la sensation que la pluie m’était jetée par paquets des arbres comme des éclaboussures d’eau de mer sur les navires.

Cela dura quelques secondes et pour me remettre d’aplomb je dus regarder à terre et me persuader qu’elle ne se mouvait pas.
Loulotte flairait toujours, dressée contre un arbre, l’odeur que la bête y avait laissée. – Je retournai par les champs pour être encore flagellée par le vent. – En rentrant… Ah mon dieu ! Voilà que Kiki a déjà déposé sur le rideau deux petits dont elle faisait la toilette.

Loulotte et elle se regardèrent, Kiki lui montra les dents en un léger retroussis. Alors Loulotte s’allongea à distance et les oreilles pointantes, les narines palpitantes, elle observa. Kiki continua son travail. En ce moment il y en a cinq : je crois que ce sera tout.

Neel Doff (Cornelia Hubertina, dite)

27 janvier 1858, Buggenum (Pays-Bas)
† 14 juillet 1942, Ixelles (Belgique)

Après une enfance de survie et de misère noire, avec des parents à la dérive et huit frères et sœurs, après la crasse, la disette chronique, la prostitution, poussée et soutenue – dans tous les sens du terme – par sa mère, elle rencontre dans un atelier où elle pose comme modèle son premier mari, Fernand Brouez, rédacteur en chef de la revue la Société Nouvelle.

Celui-ci lui ouvre la voie vers une nouvelle vie.

Son premier livre, écrit sur le tard, une autobiographie qui frôlera le Goncourt, lui attire immédiatement une reconnaissance générale, sincère mais brève.

Une carrière commencée trop tard, le gouffre de deux guerres… elle mourra pratiquement oubliée, en dépit de l’indéniable qualité littéraire de son œuvre.

PREMIÈRE PARTIE

Campine
Matin de mai
Maroussia ma voisine
Sania
Soir
Bouquets
Nuages
Septembre

DEUXIÈME PARTIE

Mai encore
D’une lettre
Spleen
Juillet
Papillon
Nature
Août
Points de vue
Octobre
Pluie

TROISIÈME PARTIE

Méditation
Mes coqs
Quitter tout cela…

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

  1. Note 5 sur 5

    renardot Solange

    Formidable découverte – cette auteure mériterait d’être au programme universitaire

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook