Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

La résurrection de Versailles

Pierre GIRAULD de NOLHAC

Il est tout naturel d’associer aujourd’hui l’image du Château de Versailles à la gloire de la monarchie française, aux ors et aux fastes d’une cour dont le raffinement a longtemps donné le ton à l’Europe entière.

Mais il n’en a pas toujours été ainsi.

Dévasté par la Révolution, pillé, abandonné, oublié par le peuple, récupéré par la République, Versailles revient de loin.

« Nous assistons ici au combat d’un conservateur passionné, dont l’amour et la pugnacité vont mener et gagner le combat de cette difficile et improbable renaissance. »

   

 2,25

Puis-je citer un cas où nous fûmes sérieusement avantagés ? Le conservateur des objets d’art au Louvre, Molinier, avait une extrême envie de reprendre deux petits bronzes qu’un inventaire révolutionnaire indiquait comme saisis à Louveciennes, chez Mme du Barry, et qui s’étaient égarés dans les cabinets de Marie-Antoinette. On s’y prêta de bonne grâce, et le collègue reconnaissant m’offrit de prendre ce qui me conviendrait dans ses armoires, où gisaient encore des débris de l’éphémère Musée des souverains créé par Napoléon III. Je choisis neuf plaques de pâte tendre de Sèvres, de dimensions exceptionnelles, où les peintres minutieux de la Manufacture royale ont réduit les grandes compositions d’Oudry pour les tapisseries des chasses de Louis XV en les transposant par le costume, de manière à en faire les chasses de Louis XVI. Les portraits s’y trouvent rajeunis et l’on distingue fort bien sur l’une d’elles les costumes de Marie-Antoinette et de ses dames.

De tels morceaux ont dû avoir un vif succès auprès de la Cour lors des expositions annuelles qui se faisaient à Noël, chez le Roi lui-même, dans le Salon des porcelaines. Je n’ai pas besoin de souligner leur valeur marchande d’aujourd’hui ; c’est un ensemble unique, resté dans ses cadres anciens et parfaitement intact. L’un d’eux fut réservé pour le musée céramique de Sèvres, et les autres portés au Château où je leur cherchai une place ; une étiquette indiquait qu’elles s’étaient trouvées dans la salle à manger privée du Roi, que je supposais avoir été la pièce sur la cour des Cerfs ; je décidai de les y remettre en les suspendant par une chaîne sur les panneaux où ils s’arrangeaient fort bien. Quel ne fut pas mon plaisir, au moment de planter le crochet, de constater que les crochets anciens existaient déjà sur la plinthe supérieure ! Ainsi se trouvait reconstituée, et du même coup identifiée par un hasard heureux, une pièce intime des cabinets du Roi.

Pierre Girauld de Nolhac

15 décembre 1859, Ambert
31 janvier 1936, Paris

Écrivain, poète, historien, humaniste, académicien, Pierre Girauld de Nolhac a eu dans sa vie deux amours : les Antiquités latines, et le XVIIIe siècle français – Rome et Versailles.

Après de brillantes études, il devient dès 1882 membre de l’École française de Rome.

Ses recherches sur Pétrarque feront date.

Ce fort lien affectif à l’humanisme de la Renaissance italienne l’accompagnera toute sa vie, en tant que Conservateur du Château de Versailles, comme en tant que directeur du musée Jacquemart-André.

Élu à l’Académie Française en 1922, il laisse une œuvre abondante.

Du même auteur :
Souvenirs d’un vieux Romain
Madame de Pompadour et la politique
Le Trianon de Marie-Antoinette
La vie amoureuse de Pierre de Ronsard
Fragonard, 1732-1806

Introduction

I – L’ACCUEIL DE VERSAILLES

II – LES PREMIERS TRAVAUX

III – LE NOUVEAU MUSÉE

IV – PREMIERS PRINCES EN VISITE

V – QUAND VERSAILLES RENAISSAIT

VI – L’ÈRE DES COMBATS

VII – LE PARLEMENT DANS VERSAILLES

VIII – LE TSAR ET LES ROIS

IX – LES VISITEURS

X – VERSAILLES À LA MODE

XI – VERSAILLES ET SES AMIS

XII – ANNÉES DE GUERRE ET DE PAIX

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “La résurrection de Versailles”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook