Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

Déportation et naufrage de Jean-Jacques Aymé, ex-législateur

Jean-Jacques AYMÉ

Récit autobiographique de ce qui fut probablement la pire période de la vie de l’auteur : arrestation sans véritable motif, déportation sans jugement à la Guyane, évasion après 18 mois d’un enfer inhumain, et retour mouvementé vers l’Europe, où il manque ne jamais arriver après un naufrage meurtrier sur les côtes écossaises.

« Ce témoignage sincère d’un homme cultivé, sensible et intelligent est un de ceux qui se détachent vigoureusement dans l’abondance des récits de vie de cette époque. »

À la fin du texte, trois listes de déportés embarqués vers la Guyane.

   

 2,76

Le nombre des malades grossissant chaque jour, le capitaine eut peur pour son équipage, peut-être pour lui-même ; et comme le principe du mal était essentiellement le mauvais air que nous respirions dans notre tombeau, il décida, après le passage du tropique, que, de deux heures en deux heures, il sortirait, pendant la nuit, vingt-cinq d’entre nous pour aller sur le pont. Cet adoucissement était fort peu de chose, et avait ses inconvénients ; car, depuis huit heures jusqu’à six, on venait faire des appels très bruyants.

La sortie et la rentrée des vingt-cinq ajoutait encore à ce bruit ; en sorte que nous étions éveillés toutes les deux heures, ou, pour mieux dire, toute la nuit ; car à peine commencions-nous à nous endormir que la même cérémonie recommençait, et produisait le même effet. D’un autre côté, lorsque nous entrions tous à la fois, à six heures, dans l’entrepont, dont l’air avait été renouvelé dans la journée, nous nous accoutumions insensiblement à sa fétidité ; mais lorsqu’au milieu de la nuit nous rentrions dans cette fournaise pestilentielle, c’était une chaleur, c’était une odeur insupportables. À peine avait-on la moitié du corps en dedans, qu’on sentait une chaleur aussi pénétrante que si l’on eut été plongé dans un bain très chaud ; à peine y était-on en entier, qu’on se sentait empoisonné.

Je n’ai profité que deux fois de la permission, et beaucoup d’autres déportés l’ont refusée. Quelques-uns cherchaient à se cacher lorsqu’il fallait rentrer ; mais ils étaient poursuivis avec le plus grand acharnement par le capitaine d’armes. Il était spécialement chargé de nous faire entrer au moment du coucher, et ne s’acquittait jamais de cette fonction sans fredonner à nos oreilles : « Tyrans, descendez au cercueil. »

Jean-Jacques Aymé

13 janvier 1752, Montélimar
1er novembre 1818, Bourg-de-Péage

Procureur-général-syndic du département de la Drôme (1790-1791), député aux Conseil des Cinq-Cents.

Déporté à la Guyane en mars 1798, il s’en échappa en octobre 1799.

Fait par Mon Autre Librairie à partir de l’édition Madaran, Paris, 1800
Les notes entre crochets sont des ajouts pour cette présente édition

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Déportation et naufrage de Jean-Jacques Aymé, ex-législateur”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook