Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

Les Maladies de la mémoire

Théodule-Armand RIBOT

Une des toutes premières études sur le processus de la mémorisation et sur ses troubles.

« L'auteur en arrive à la conclusion que la dissolution des fonctions psychiques progresse à rebours : du complexe au simple, du récent à l'ancien, de l'acquis conscient à l'automatique. »

   

 3,10

Ces cas diffèrent beaucoup entre eux. Tantôt la suspension de la mémoire part du début de la maladie pour s’étendre en avant, tantôt elle recule un peu sur les derniers événements passés ; le plus souvent, elle s’étend dans les deux sens, en avant et en arrière. Quelquefois, la mémoire revient d’elle-même, brusquement, quelquefois lentement et avec un peu d’aide ; quelquefois la perte est absolue, il faut procéder à une rééducation complète. Nous allons donner des exemples de tous ces cas. « Une jeune femme, mariée à un homme qu’elle aimait passionnément, fut prise en couches d’une longue syncope à la suite de laquelle elle avait perdu la mémoire du temps qui s’était écoulé depuis son mariage inclusivement. Elle se rappelait très exactement tout le reste de sa vie jusque-là…

Elle repoussa avec effroi dans les premiers instants son mari et son enfant qu’on lui présentait. Depuis, elle n’a jamais pu recouvrer la mémoire de cette période de la vie ni des événements qui l’ont accompagnée. Ses parents et ses amis sont parvenus, par raison et par l’autorité de leur témoignage, à lui persuader qu’elle est mariée et qu’elle a un fils. Elle les croit, parce qu’elle aime mieux penser qu’elle a perdu le souvenir d’une année que de les croire tous des imposteurs. Mais sa conviction, sa conscience intime n’y est pour rien. Elle voit là son mari et son enfant sans pouvoir s’imaginer par quelle magie elle a acquis l’un et donné le jour à l’autre. »

Théodule-Armand Ribot

18 décembre 1839, Guingamp
† 9 décembre 1916, Paris

Agrégé puis docteur de l’École normale supérieure, philosophe, psychologue, fondateur en 1875 de la Revue philosophique de la France et de l’étranger, traducteur des Principes de psychologie de Herbert Spencer.

Un des fondateurs de la psychologie en tant que discipline scientifique, expérimentale, basée sur la biologie et séparée de la philosophie ; professeur de psychologie expérimentale à la Sorbonne, puis au Collège de France, il eut comme élève Pierre Janet.

Ses nombreuses recherches cliniques, en milieu hospitalier, l’amènent à écrire, outre Les maladies de la mémoire (1881), Les maladies de la personnalité (1883) et Les maladies de la volonté (1885).

Du même auteur :
Les Maladies de la personnalité
L’hérédité psychologique

Introduction I – PREMIER CHAPITRE II – DEUXIÈME CHAPITRE III – TROISIÈME CHAPITRE IV – QUATRIÈME CHAPITRE Conclusion

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse : Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier. Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Les Maladies de la mémoire”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook