Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

L’hérédité psychologique

Théodule-Armand RIBOT

Peut-on transmettre son caractère à ses enfants ? Peut-on parler du caractère national d'un peuple ? Les émotions des parents au moment de la conception peuvent-elles marquer l'enfant à naître ? Peut-on parler d'un progrès psychique de la race humaine ?

Tel est le genre de questions qu'aborde l'auteur dans cet ouvrage.

« À l'aide de nombreux exemples et soutenu par une réflexion puissante, en même temps tout à fait conscient des limites qu'a atteintes la science de son temps et du chemin encore à parcourir, il trace le schéma de recherches ultérieures largement à la portée de nos moyens actuels. Un texte éclairant. »

   

 4,10

Le problème, tel qu’il se pose à nous, est donc celui-ci : les modes supérieurs de l’intelligence sont-ils transmissibles comme les modes inférieurs ? Nos facultés d’abstraire, de juger, de raisonner, d’inventer, sont-elles régies par l’hérédité, comme nos facultés perceptives ? Ou, en termes plus simples et pour parler le langage de tout le monde, le bon sens, le génie, le talent, la finesse, les aptitudes artistiques, scientifiques, pratiques, sont-ils héréditaires ?
Pour y répondre, nous allons examiner la question au double point de vue de la théorie et des faits, de la logique et de l’expérience. Le raisonnement va nous montrer d’abord que l’hérédité de l’intelligence est possible ; l’expérience nous montrera ensuite qu’elle est réelle.

Si l’on admet l’hérédité des modes inférieurs de l’intelligence – et les faits l’imposent – il est bien difficile que la logique seule n’amène pas à étendre l’hérédité à l’intelligence tout entière. La psychologie a toujours distingué divers modes dans la faculté de connaître, et même l’étude analytique de l’intelligence n’est possible qu’à cette condition ; mais ce ne sont là que des différences d’aspect et non des différences essentielles.
D’ailleurs, en prenant la question d’aussi haut qu’on voudra, toute recherche sur la nature dernière de l’intelligence doit aboutir nécessairement à l’une de ces deux conclusions : qu’elle est un effet dont la cause est l’organisme ; qu’elle est une cause dont l’effet est tout ce qui existe, tout ce qui est connaissable. La première hypothèse s’appelle matérialisme ; la seconde, idéalisme. Nous allons voir, en nous appuyant sur le raisonnement seul, qu’entre ces deux hypothèses et l’hérédité des modes supérieurs de l’intelligence il n’y a aucune contradiction, aucune incompatibilité logique.

Théodule-Armand Ribot

18 décembre 1839, Guingamp
† 9 décembre 1916, Paris

Agrégé puis docteur de l’École normale supérieure, philosophe, psychologue, fondateur en 1875 de la Revue philosophique de la France et de l’étranger, traducteur des Principes de psychologie de Herbert Spencer.

Un des fondateurs de la psychologie en tant que discipline scientifique, expérimentale, basée sur la biologie et séparée de la philosophie ; professeur de psychologie expérimentale à la Sorbonne, puis au Collège de France, il eut comme élève Pierre Janet.

Ses nombreuses recherches cliniques, en milieu hospitalier, l’amènent à écrire, outre Les maladies de la mémoire (1881), Les maladies de la personnalité (1883) et Les maladies de la volonté (1885).

Du même auteur :
Les maladies de la mémoire
Les maladies de la personnalité

Préface de la 5e édition
Introduction

Première partie – Les faits

CHAPITRE I – L’hérédité des instincts
De la nature des instincts. – Hérédité des instincts dits naturels. – Hérédité des instincts acquis. – Survivance des instincts. – Tous les instincts sont-ils acquis et fixés par l’hérédité ? – Les instincts réduits à des habitudes héréditaires : examen de quelques cas.

CHAPITRE II – L’hérédité des facultés perceptives
L’hérédité des caractères spécifiques est sans exception. – Du toucher : anesthésie et hyperesthésie. – De la vue : myopie, cécité, daltonisme, puissance de la vision. – De l’ouïe : surdi-mutité. – De l’odorat et du goût.

CHAPITRE III – L’hérédité de la mémoire et des habitudes
La mémoire organique. – Exemples d’hérédité des habitudes. – La mémoire consciente.

CHAPITRE IV – L’hérédité de l’intelligence
Position du problème : impossibilité de scinder l’intelligence en facultés. – L’hérédité chez les musiciens, les peintres, les poètes, les lettrés, les savants.

CHAPITRE V. – L’hérédité des sentiments et des passions
Étude extérieure de la question. – De l’expression des sentiments et des passions : rôle de l’hérédité. – L’hérédité des sentiments chez les animaux. – Hérédité du caractère. – Penchants physiques : alcoolisme, appétit sexuel, etc. – Penchants moraux ; jeu, avarice, vol, homicide

CHAPITRE VI. – L’hérédité dans l’histoire
Hérédité des facultés actives. – Les temps anciens. Étude de quelques cas. – La famille des Césars. – Époque romaine et Moyen-âge. – Famille de Charles-Quint. – La maison royale d’Espagne. – Époque moderne. – Les Condé, les Mirabeau.

CHAPITRE VII. – L’hérédité et le caractère national
L’hérédité dans les masses. – Examen de deux races : les Juifs, le type le plus anciennement civilisé de l’Europe ; les Bohémiens, le type le plus réfractaire à la civilisation.

CHAPITRE VIII. – L’hérédité psychologique morbide
Hérédité par ressemblance et par métamorphose. – Épilepsie, hystérie, hypochondrie. – Suicide. – Hallucinations. – Démonomanie. – Lypémanie, manie, paralysie générale, démence, idiotie. – Les aliénés héréditaires. – La folie héréditaire ou folie des dégénérés. – Documents statistiques

Deuxième partie – Les lois

CHAPITRE I – L’hérédité est-elle une loi ?
Objections contre l’hérédité psychologique. – Buckle et Maupertuis. – L’hérédité est la loi.

CHAPITRE II – Les lois de l’hérédité
Possibilité d’établir des lois empiriques

Section I – Loi de l’hérédité directe ou immédiate. Pourquoi l’enfant ne peut être une moyenne exacte des deux parents : les métis. – Exposé de diverses opinions.
Section II. – Loi de prépondérance dans la transmission des caractères. – Prépondérance d’un sexe sur le sexe de même nom sur le sexe de nom contraire. – Faits empruntés aux croisements de race, aux maladies mentales, à l’histoire.
Section III. – Loi de l’hérédité en retour ou atavisme. – Forme directe, forme collatérale. – Hypothèse des caractères latents.
Section IV. – Loi d’hérédité aux époques correspondantes de la vie. – Hérédité d’influence.

CHAPITRE III. – Essais de statistique.
Travaux de Galton sur l’hérédité du génie, – de Candolle sur les savants. – Portée de la méthode statistique.

CHAPITRE IV. – Les exceptions à la loi d’hérédité.
Faits contraires à l’hérédité. – Discussion de la prétendue loi d’innéité.

Section I. – Exceptions qui dérivent de l’hérédité elle-même. – Conditions de la génération sexuée. – Analyse d’un cas. – Réduction à des formules schématiques comprenant tous les cas possibles. – Les transformations de l’hérédité.
Section II. – Exceptions qui ne dérivent pas de l’hérédité. – La variabilité. – 1° Causes qui agissent avant la naissance ; 2° après la naissance. – Disproportion entre les causes et les effets. – Les monstruosités. – Loi d’adaptation corrélative en psychologie.

Troisième partie – Les conséquences

CHAPITRE I – L’hérédité et la loi d’évolution
Progrès et évolution. – Hérédité des modifications acquises. – L’hérédité comme cause de décadence. – Durée approximative de l’hérédité.

CHAPITRE II – Les conséquences psychologiques de l’hérédité.
Ordre de fréquence dans la transmission des qualités psychiques : instincts, facultés perceptives, sentiments, intelligence. – Affaiblissement des instincts chez l’homme. – Rôle de l’hérédité dans la genèse de l’intelligence : position nouvelle du problème de l’origine des idées. – Développement du cerveau, de l’intelligence. – Rôle de l’hérédité dans la genèse des sentiments. – Cas d’atavisme.

CHAPITRE III – Les conséquences morales de l’hérédité.
La question du libre arbitre n’a pas lieu d’être posée. – Le caractère est-il un produit de l’hérédité. – L’hérédité et l’éducation. – Rôle de l’hérédité dans la genèse des idées morales. – La morale dérivée de la sociologie. – L’hérédité et le problème de l’origine du mal.

CHAPITRE IV. – Les conséquences sociales de l’hérédité.
Transition de l’hérédité naturelle à l’hérédité d’institution. – Du croisement des races humaines; des mariages consanguins. – L’hérédité dans la famille, les castes, la noblesse, les professions, la souveraineté. – Application pratique des lois de l’hérédité.

Conclusion

CHAPITRE I. – Hypothèses sur l’hérédité.
Rapports de l’hérédité physiologique et de l’hérédité psychologique. – Solutions diverses sur ce sujet. – Hypothèses de Darwin, Galion, Herbert Spencer, Hæckel. – Le plasma germinatif de Weismann.

CHAPITRE II. – Résumé.
L’hérédité du point de vue philosophique et du point de vue psychologique. – Conclusion.

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “L’hérédité psychologique”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook