Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

Histoire des pasteurs du Désert

Napoléon PEYRAT

Depuis la révocation de l’édit de Nantes jusqu’à la Révolution française 1685-1789.

Impressionnante fresque des sauvages affrontements entre les catholiques et les protestants qui ont ravagé pendant plus d’un siècle tout le sud-ouest de la France.

« Une référence incontournable. Texte intégral des deux volumes d’origine, orthographe actualisée. »

De Génolhac, comme de son aire, Joani s’abattait sur les bourgades catholiques du voisinage, et principalement sur celles de la vallée de Chamborigaud. Dans une de ses courses, il captura quarante mulets chargés d’étoffes, de liqueurs et de provisions de carême, dont il fit mettre à mort les guides, coupables à ses yeux du seul crime de les conduire à l’évêque de Mende.
Les populations catholiques, irritées de ses attaques continuelles, se levèrent au nombre de quatre à cinq cents et mirent à leur tête un aubergiste nommé Chabert, dont les Camisards avaient brûlé l’hôtellerie, où périt le cuisinier.

Le belliqueux hôtelier, après de sanglantes représailles sur les protestants des environs, résolut de chasser Joani de Génolhac ; il appela à son aide le colonel de Marsilly, qui, pour venger la mort de son frère, accourut de Portes avec 200 soldats, et prit, en passant, les bandes rustiques campées au Colombier.
Joani les attendait posté au bord du ruisseau, en avant du pont des dominicains et de la porte méridionale ; mais cette fois le Camisard n’était pas de force à résister aux catholiques, et, après une escarmouche où il perdit trente combattants et soixante mulets ou chevaux, il se retira vers les montagnes de Vialas.

Les protestants l’y suivirent, hormis une centaine qui, trop confiants dans la clémence de l’ennemi, s’obstinèrent malheureusement à rester dans la ville. Marsilly les massacra, pilla leurs maisons et celles des fugitifs, et avec cet énorme butin chargé sur les mulets de Joani, s’en retourna, le soir, à Portes. Mais à peine eut-il fait une demi-lieue que le chef camisard reparut sur les montagnes, ramenant les protestants dans Génolhac.

De leur cime il aperçut Chabert, que le colonel avait laissé dans la ville, mettre le feu à sa maison paternelle. Il descendit par un défilé, à travers une châtaigneraie, et fondit, comme un faucon, sur les bandes champêtres, qui, bien que deux fois plus fortes, prirent la fuite sans combat. Joani, caracolant à la tête de son camp, sur le cheval blanc de feu M. de Montlebourg, commanda de chanter les psaumes, et rentra dans Génolhac.

Il y rétablit les protestants, et régna dix ou douze jours, sans que Marsilly osât l’attaquer dans sa capitale. Pendant toute une semaine il se rua sur les bourgades des bandes de Chabert, et mit Chamborigaud à feu et à sang (23 ou 25 février). Enfin Julien, après avoir perdu la trace de Cavalier, monta avec Marsilly et huit cents hommes contre Génolhac. Joani lui en disputa l’entrée, et après un combat où il perdit quatre-vingts Camisards, il abandonna de nouveau ses murs, emmenant encore les protestants sur les montagnes.

Julien fit massacrer huit femmes et deux Camisards blessés restés dans la ville, qu’il livra vingt-quatre heures aux soldats, ainsi que quelques bourgades voisines amies de Joani. Génolhac, tour à tour pillé et incendié par les troupes royales, les bandes catholiques et les Camisards, n’était plus que la carcasse d’une ville.

Napoléon Peyrat

20 janvier 1809, Les Bordes-sur-Arize
† 4 avril 1881, Saint-Germain-en-Laye

Originaire d’une vieille famille protestante de l’Ariège, il fait ses études à la faculté de théologie protestante de Montauban.

Après avoir envisagé des études de médecine, il s’accorde quelques années de bohème qui verront la naissance de ses premières œuvres de poète et d’historien.
Nommé pasteur auxiliaire à Saint-Germain-en-Laye en 1844, il y sera titularisé en 1854 et y exercera son ministère jusqu’à la fin de sa vie.

Pionnier et spécialiste de l’histoire du protestantisme, il dépasse pourtant son sujet par la dimension profondément humaine de ses écrits.

Dédicace – Aux Cévenols

Livre premier (1660-1685)

I – Origines du protestantisme ; Luther, Calvin.

II – Édit de Nantes ; Henri IV, Richelieu, Louis XIV.

III – Premières violations de l’édit ; Commencements de l’émigration ; Dubosc, Marcilly, Duquesne.

IV – Controverses ; Exposition de la doctrine catholique ; Conversions ; Conférence de Claude et de Bossuet.

V – Invasion de la Hollande ; Pélisson ; Louvois ; Lachaise ; Mme de Maintenon.

VI – Paix de Nimègue ; Assemblée de 1682 ; Persécutions ; Dragonnade ; Révocation de l’édit.

VII – Bannissement des pasteurs ; Émigration générale ; Hospitalité des princes protestants ; Établissements des réfugiés dans les États du Nord ; Leur dispersion sur toute la face de la terre.

Livre deuxième (1682-1685)

I – Topographie des Cévennes.

II – Commencement de la résistance ; Déclaration de Toulouse ; Brousson, Henri d’Aguesseau, le duc de Noailles ; Reprise du culte public ; Soulèvements.

III – Combats de Bourdeaux et de l’Herbasse ; Massacre dans le Dauphiné et le Vivarais ; Supplice d’Homel ; Dragonnade dans le Languedoc.

Livre troisième (1685-1700)

I – Bâville ; Culte du Désert, prédicants ; Bayle et Jurieu ; Controverses.

II – Ligue d’Augsbourg ; Chute des Stuart ; Esprit prophétique ; Apparitions miraculeuses.

III – Prophètes du Dauphiné, Isabeau, Gabriel ; Insurrections et combats dans le Vivarais.

IV – Insurrection dans les Cévennes, Vivens ; Premier apostolat de Brousson.

V – Supplice de Vivens ; Apologétique de Brousson.

VI – Parti tolérant à la cour ; Second apostolat de Brousson.

VII – Paix de Ryswick ; Troisième apostolat et martyre de Brousson.

Livre quatrième (1700-1702)

I – Guerre de la succession d’Espagne ; Esprit prophétique dans les Cévennes ; Phénomènes de l’extase.

II – Prophètes cévenols ; Daniel Raoul, Étienne Gout ; Lutte contre les prêtres.

III – Conjuration des Trois-Hêtres, Séguier ; Meurtre de l’abbé du Chayla.

IV – Fuite des prêtres ; Combat de Fontmorte ; Supplice de Séguier.

V – Insurrection ; Salomon, Abraham, Laporte ; Meurtre du baron de Saint-Côme.

VI – Combat du Champ-Domergue ; Mort de Laporte.

Livre cinquième (Novembre 1702 – Février 1703)

I – Organisation de l’insurrection camisarde ; Roland, Castanet, Cavalier, Joani.

II – Prédication de Cavalier à Aigue-Vives ; Condamnation des habitants ; Surprise de Servas.

III – Victoire de Cavalier à Cauvi ; Prise de Sauve par Roland.

IV – Conjuration du Rouergue, La Bourlie ; Catinat, Ravanel ; Défaite du comte de Broglie au Val-de-Bane.

V – Le maréchal-de-camp de Julien ; Battue contre Cavalier ; Expédition du Vivarais ; Victoire de Cavalier à Vagnas ; le baron de Lagorce.

VI – Défaite de Cavalier à Vagnas ; Ses aventures.

VII – Combats de Joani devant Genouillac ; Retentissement de l’insurrection à l’étranger.

Livre sixième (Février 1703 – Septembre 1703)

I – Le maréchal de Montrevel ; Expédition de Ganges ; Défaite de Roland à Pompignan.

II – Convocation de la noblesse ; Massacre du jour des Rameaux, à Nîmes ; Célébration de la Pâque aux Vernèdes.

III – Enlèvements et déportations.

IV – Course de Cavalier après les Florentins ; Combat de Bellot.

V – Le maréchal enrégimente les Florentins ; l’Ermite, Lefèvre etc. ; Bulle du Pape ordonnant la croisade contre les Camisards ; Proclamations de La Bourlie.

Supplément au livre VI, chap. V.

VI – Procès du baron de Salgas.

VII – L’avocat Lefèvre ; le marquis de Miremont envoie à Roland l’agent Flottard au nom de la reine Anne ; Moisson de Joani ; Cartel de Castanet ; Combat des trente.

VIII – Prédication et combat de Roland à Bifoux ; Mort de la mère de Cavalier ; Le thaumaturge Claris ; Épreuve du feu ; Supplice de Lasalle.

Livre septième (Septembre 1703 – Avril 1704)

I – Préparatifs de la dévastation des hautes Cévennes.

II – Représailles des Camisards ; Apparition de la flotte anglaise dans le golfe ; Insurrection du Rouergue ; Défaite de Catinat ; Fuite de La Bourlie.

III – Dévastation ; Cavalier attaque Sommières ; Victoires de ce chef à Lussan, à Nages.

IV – Mort tragique de madame de Miramand.

V – Embuscade de Cavalier à Ners ; Aventure de l’abbé de Lasalle ; Victoire de Cavalier aux roches d’Aubais ; Julien termine la dévastation.

VI – Résultats de la dévastation ; Massacres ordonnés par l’ermite et Planque ; Représailles des Camisards ; Désolation du Languedoc.

VII – Miremont organise en Hollande le corps d’armée auxiliaire qui doit envahir le Dauphiné ; Insurrection du Vivarais.

VIII – Victoires de Cavalier à Martignargues, de Roland au pont de Salindres ; Rappel du maréchal de Montrevel.

IX – Défaite de Cavalier à Nages.

X – Défaites de Roland à Saint-Sébastien, de Cavalier à Euzet, de Salomon au Pont-de-Montvert ; Ruine des Camisards.

Livre huitième (Avril – Décembre 1704)

I – Démoralisation des Camisards ; Tentatives de séduction ; Valotte ; D’Aigalliers ; le maréchal de Villars.

II – Négociation entre Villars et Cavalier ; Conférence du pont d’Avène.

III – Entrevue de Villars et de Cavalier à Nîmes.

IV – Soumission de Cavalier ; Il s’établit avec sa troupe à Calvisson ; Traité de Nîmes.

Supplément au livre VIII, chap. IV.

V – Roland refuse de ratifier le traité ; Révolte de la troupe de Cavalier à Calvisson.

VI – Harangue de Villars aux protestants ; Négociations nouvelles avec Roland ; les Camisards qui se soumettent réunis à Vallabrègues.

VII – Cavalier quitte le Languedoc ; son séjour à Mâcon ; son voyage à Versailles, sa sortie de France.

VIII – Négociation avec Roland ; Expédition malheureuse de La Bourlie.

IX – Conférence de Durfort ; Disgrâce de d’Aigalliers, mort de Roland.

X – Désorganisation des bandes camisardes ; Défaite de Ravanel ; Soumission de Catinat, Castanet, Joani, Salomon, Élie, etc. ; Ils se retirent à Genève.

XI – Fin de l’insurrection ; Villars quitte le Languedoc.

Livre neuvième (1705)

I – Les chefs camisards à Genève ; Leur retour en Languedoc.

II – Le duc de Berwick ; Capture et supplice de Castanet ; Conspiration, plan et préparatifs des conjurés.

III – Découverte de la conjuration ; Capture de l’Allemand et du Genevois à Montpellier.

IV – Capture de Ravanel, de Catinat et des conjurés de Nîmes ; Supplice de Catinat, Ravanel, Jonquet et Villas.

V – Supplice des conjurés de Nîmes, Alison, Alègre, Franceset, etc.

VI – Supplice de l’Allemand et de Boéton, à Montpellier, de Chevalier, à Nîmes ; Grâce du Genevois.

VII – Évasion d’Abraham de la tour de Constance ; Les chefs camisards traitent avec Bâville et retournent en Suisse ; Départ de Berwick.

Livre dixième (1706-1715)

I – Le duc de Roquelaure ; Retour et supplice de Salomon ; Cavalier et les Camisards en Espagne ; Élie, Fage et Cavalier de Sauve à Londres.

II – Cavalier et les Camisards à la bataille d’Almanza ; en Provence avec le prince Eugène ; Le grand hiver.

III – Retour d’Abraham ; Il insurge le Vivarais.

IV – Combats d’Abraham ; Ses succès, sa ruine.

V – Les Anglais à Sète ; Mort de Joani, d’Abraham, de Claris, etc.

VI – Paix d’Utrecht ; Mort de Louis XIV, de Bâville, de Cavalier.

Livre onzième (1713-1789)

I – Le régent ; Antoine Court entreprend la réorganisation des Églises, premiers synodes ; Martyre d’Arnaud, Huc et Vesson.

II – Le duc de Bourbon ; Édit de 1724 ; Martyre de Roussel ; Fondation du séminaire de Lausanne.

III – Extension des Églises ; Synode général ; Martyre de Durand, Ranc, Roger, Désubas.

IV – Paul Rabaut ; Nouveaux symptômes de guerre civile ; Martyre de Bénézet et de Lafage ; Apostasie de Molines ; Mort de Court.

V – Les verriers du comté de Foix ; Martyre de Rochette et des trois frères Grenier.

VI – Calas.

VII – Court de Gébelin, député des Églises à Paris ; Libération des galériens et des prisonniers ; Fin de la persécution ; Édit de 1787.

Livre douzième

I – Revue générale de cette histoire ; Le refuge ; Les pasteurs exilés et les pasteurs pacifiques du Désert.

II – Pasteurs belliqueux ; Organisation camisarde.

III – Guerre camisarde.

IV – Justice camisarde.

V – Théocratie camisarde.

VI – Théocratie camisarde.

VII – Conclusion.

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

  1. Note 3 sur 5

    MIRAIL TH.

    Un côté mauvais romantisme de l’auteur, mais impossible de faire l’impasse sur ce livre si on s’intéresse au
    sujet. Enfin sur liseuse ça c’est bien

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook