Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

Une fourmi ouvrière

Neel DOFF

Quatre nouvelles, autour de quatre personnages savoureux de la Campine flamande. C'est une région que l'auteur connaît bien, pour y être née.

Ces quatre portraits, fortement teintés de souvenirs personnels, nous emmènent entre l'Escaut et Amsterdam, au début du XXème siècle, visiter une couche sociale nettement défavorisée.

« Neel Doff prend pour nous décrire les détails de la vie quotidienne la même plume simple et sans fioritures que pour nous faire partager les émotions les plus tourmentées. Le témoignage n'en est que plus poignant. »

   

 1,80

La marchande de tripaille pour les chiens et les chats passait une fois la semaine au Haarlemmerdyk, en criant d’une voix éraillée : « Versche Waar (denrée fraîche) ».
Elle levait la tête en regardant les fenêtres des clients, puis allait crier aux caves et à l’entrée des impasses. Alors tous les chiens du quartier accouraient ; tous ceux qui étaient attachés ou dans les maisons aboyaient, jappaient, hurlaient. Les chats sortaient des gouttières, sortaient des coupures, bondissaient des caves et, les yeux à moitié fermés, le dos haut, le poil hérissé, la queue droite, marchant sur la pointe des pieds comme en un pas de parade, ils venaient se frotter contre le tablier ensanglanté de la marchande. Quelques-uns sautaient sur ses épaules, s’accrochaient à elle, en ronronnant passionnément ; d’autres, la tête levée, faisaient des « waouwaouwaw », en ouvrant une bouche aux petites dents pointues et aux babinettes humides et fraîches.

La marchande de tripaille était une grosse femme du « Jordaan », au nez défoncé comme par un coup de poing, une taie sur l’œil gauche, mais l’autre œil était grand, noir et caressant, comme d’un jeune cheval. Elle me demandait quelquefois de garder sa charrette ; en lui parlant, je tournais la tête un peu à gauche pour ne voir que son bel œil.
Elle portait, comme toutes les femmes de ce quartier, un caraco blanc sur un amoncellement de jupons, qui la faisaient marcher en se balançant et haussant une hanche après l’autre. Le bonnet tuyauté était posé sur des bandeaux noirs, gras, qu’une raie d’un pouce de large séparait ; elle les frottait constamment d’un morceau de tripe, pour les faire reluire et tenir raides.

Cornelia Hubertina Doff, dite Neel Doff

27 janvier 1858, Buggenum (NL)
† 14 juillet 1942, Ixelles (B)

Après une enfance de survie et de misère noire, avec des parents à la dérive et huit frères et sœurs, après la crasse, la disette chronique, la prostitution, poussée et soutenue – dans tous les sens du terme – par sa mère, elle rencontre dans un atelier où elle pose comme modèle son premier mari, Fernand Brouez, rédacteur en chef de la revue la Société Nouvelle. Celui-ci lui ouvre la voie vers une nouvelle vie.

Son premier livre, écrit sur le tard, une autobiographie qui frôlera le Goncourt, lui attire immédiatement une reconnaissance générale, sincère mais brève.

Une carrière commencée trop tard, le gouffre de deux guerres… elle mourra pratiquement oubliée, en dépit de l’indéniable qualité littéraire de son œuvre.

Une fourmi ouvrière

Hanna

Stientje

Le grelotteux

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

Il n’y pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Une fourmi ouvrière”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook