Les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui.

Herbert Ward

Sarita WARD

Grand voyageur, conférencier, peintre, sculpteur, Herbert Ward a toujours marqué ses contemporains par sa gentillesse, son ouverture aux autres, son inépuisable volonté d'aider où il le pouvait.

Son œuvre puissante témoigne de sa personnalité hors du commun.

« Madame Ward nous présente ici la biographie tendre et discrète d'un mari aimé et admiré. »

   

 4,30

Au moment où Stanley partit du camp, jugeant nécessaire d’avancer avec Jephson, Stairs et Park, et prenant avec lui les hommes d’élite de l’Expédition, il avait sommairement calculé qu’au cas où Tippoo Tib n’arriverait pas à fournir le nombre de porteurs nécessaires pour permettre à l’arrière-garde de suivre, avec les sept cents chargements, le séjour à Yambuya ne se prolongerait pas plus de cinq mois, car alors, lui Stanley, comptait bien être de retour.

L’avant-garde était donc partie depuis six bonnes semaines quand Herbert et Bonny arrivèrent de Bolobo, avec leurs hommes et leurs chargements. On n’avait alors ni vu, ni rien appris des porteurs promis par Tippoo Tib,

Les troubles commencèrent immédiatement, même avant que le steamer Stanley eût fini de décharger la cargaison amenée de Bolobo. Une attaque d’Arabes et de Manyemas, contre le camp indigène sur la rive opposée de Yambuya, fut la première indication qu’il y avait des Arabes dans le voisinage.

Quelques jours après, le chef des Manyemas, un nommé Abdallah, se présenta au camp, en racontant que Tippoo Tib avait envoyé cinq cents hommes dans des canots, mais qu’ils avaient rencontré une telle hostilité de la part des indigènes, et qu’ils étaient si épuisés de pagayer contre le fort courant de l’Aruwimi dans une vaine recherche pour trouver le camp, qu’ils s’étaient pour le moment débandés. Abdallah suggérait alors, vu les circonstances, qu’il paraissait judicieux, Stanley Falls n’étant qu’à quelques jours de marche de Yambuya, d’y dépêcher une députation pour avoir une entrevue avec Tippoo Tib.

Après consultation, il fut décidé qu’Herbert accompagnerait Jameson dans cette mission. En conséquence, le 23 août, juste dix jours après l’arrivée d’Herbert de Bolobo, lui et Jameson se mirent en route avec une petite escorte d’Arabes et d’indigènes de Stanley Falls, avec Abdallah comme guide.

Le journal donne le vif récit de cette marche de six jours, à travers une forêt dense et humide, des taillis sans fin, des marais pestilentiels et des champs de manioc en friche, plantations abandonnées des villages indigènes dévastés par les Arabes. Il raconte les pluies tropicales, torrentielles et glacées, alternant avec un soleil brûlant, le manque de nourriture, et l’état de malaise général, précurseur de sérieuse maladie.

Sarita Ward (née Stanford)

1860
† 1944

Sarita Stanford, Américaine, rencontra Herbert Ward sur un paquebot faisant route vers New York, en octobre 1890. L’attirance fut immédiate et réciproque, et quelques mois plus tard, ils étaient mariés.
Les 30 années qui suivirent, elle les consacra à être Madame Ward.

Herbert Ward a vécu trois vies : aventurier et explorateur en Nouvelle-Zélande et en Australie, puis membre d’une expédition de Stanley au Congo, une expérience qui le marquera à jamais.

De retour en Europe, après son mariage, il entame une carrière de conférencier, mais surtout d’artiste : peintre et sculpteur reconnu, il se fixe en France, à Paris et Rolleboise, où le rattrape la première guerre mondiale.

Volontaire au sein du comité anglais de la Croix-Rouge française, il est envoyé au front, dans les Vosges, pour participer à la récupération des blessés.

Se dépensant sans compter malgré une santé de plus en plus chancelante, il finit par mourir d’épuisement, à 56 ans.

Préface

Première partie – Les années vagabondes

Prélude
Nouvelle-Zélande et Australie, 1878-1882
Bornéo, 1882-1883
Le cottage à Hamptstead, 1883-1884

Deuxième partie – Afrique

L’État libre du Congo et la Sanford Exploring Company, 1884-1887
L’Expédition au secours d’Emin Pacha, 1887
Yambuya Camp, 1887-1888
Ordres de marche, 1888
La tragédie de l’arrière-garde
Le dernier voyage en canot

Troisième partie – Achèvement

Le retour dans la patrie, 1889-1890
Les années d’essai, 1890-1900
L’œuvre de la vie, 1900-1910
Souvenirs

Quatrième partie – La guerre

Rolleboise, 1914-1915
Dans les Vosges, 1915
Les télégrammes – Les nouvelles de mort, 1915-1916
Conférences en Amérique et en Angleterre, 1916-1917
En France, avec la Croix-Rouge, 1918
Avec la Croix-Rouge de France dans le Nord, 1918-1919
La dernière étape, 1919

Choisissez l’édition selon votre type de liseuse :

Kindle est une liseuse de livres numériques, qui se lisent comme des livres en papier. Elle se base sur de vraies particules d’encre et des typographies créées sur mesure, manuellement, afin de permettre un rendu d’affichage des mots et des lettres aussi précis que sur un livre en papier.

Kobo est une liseuse pour bibliophiles. Elle propose une expérience de lecture avec une excellente résolution. Ses paramètres automatiques reproduisent la progression naturelle du soleil, en émettant la meilleure luminosité selon le moment de la journée, incluant les nuances de lumière.

  1. Note 5 sur 5

    Patrick

    Un grand monsieur. Merci pour la découverte.

Ajouter un Avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

mon autre librairie . les textes d’autrefois, l’édition d’aujourd’hui
Mon Autre Librairie sur Facebook